Spectacle - Théâtre

suivi d'un débat                                     

en partenariat avec              lgo opti min

 

 

Nous autresmoro

 

Texte et mise en scène : Roxane Rizvi

Avec Chantal Pétillot

Scénographie : Caroline de Pommereau, Benoît Mialet

 

 

le samedi 7 décembre 2019 à 17H30

Le Troyes Fois Plus  12, rue de la Monnaie - TROYES

17h30 précises, accueil dès 17h00 

Réservations : voir en bas de page

 

Note d'intention :

Que les mots s’incarnent pour emmener le spectateur au-delà des mots, voilà mon travail.

J’utilise ce terme d’incarnation parce que, justement, c’est un thème majeur de la pièce Nous Autres.

Au fil de ce monologue, plusieurs voix se font entendre, bien que ce soit un même personnage, « Elle », qui les porte. « Elle » fait entendre tous les mondes qui sont en elle, et qui l’empêchent de pouvoir se rassurer et nous rassurer en disant je. Elle ne parle jamais d’elle à la première personne et revendique haut et fort l’infinie variété de son humanité. Dans un contexte psychiatrique occidental, on pourrait la classer dans la catégorie des schizophrènes. Ce serait plus simple. Mais elle démonte toutes les catégories qui enferment, afin de nous rendre, à nous, la liberté d’être et de penser ce que nous voulons. « Elle » a, depuis longtemps, choisi cette liberté-là, et donc renoncé à une identité de fonction et de fiction, généralement conforme et rassurante, mais, pour elle, source d’angoisse.

Dans une construction dramaturgique classique, on attendrait un conflit entre personnages et/ou un conflit intérieur au personnage. Ici, c’est le public lui-même qui est intégré au conflit. Il est un personnage polycéphale auquel elle fait face. Avec humour ou avec rage, et qu’elle s’adresse directement à lui ou qu’elle l’oublie parfois, saisie par quelque chose d’invisible dans les détours de sa mémoire, elle ne s’incarne, peu à peu, que parce qu’il est là. C’est fondamentalement un texte de théâtre même s’il n’en a pas la forme classique, parce qu’il doit être incarné et les mots lancés vers l’autre.

Enfin, le meuble avec tous ses tiroirs qu’« Elle » ouvre peu à peu, non pour dé-baller sa vie, mais pour la reconstruire, est un troisième personnage. C’est un meuble magique, qui est aussi un autre texte, sans mots…

Nous Autres se présente comme un monologue, mais c’est une pièce à trois personnages : « Elle », le meuble, le public, qui sont tous multiples…

Il y a donc foule pour cette naissance

Roxane Rizvi

17 juillet 2017

 

Genèse du projet :

Depuis trente ans, nous sommes restés fidèles à une recherche : celle d’un théâtre dépouillé où seuls comptent le texte et le corps de l’acteur. Cela nous a con-duits dans des lieux improbables pour des expériences artistiques singulières. Ce n’est pas donc un hasard si, au terme d’un dialogue engagé avec la DRAC, nous avons travaillé en résidence artistique pendant un an à la clinique de psychiatrie institutionnelle de La Chesnaie, en 1992-1993. Ce fut une plongée impromptue dans un univers parallèle. Elle nous mettait en prise directe avec une souffrance qui ren-dait plus radicale encore la nécessité de l’art.

En nous mettant au travail en compagnie de ces personnes « différentes », hors normes, nous entreprenions de créer un théâtre hors les murs et qui, d’abord, ou-vrait ses brèches dans les murs intérieurs faits de nos illusions, de nos références, de nos habitudes de pensée. Cette expérience a changé nos vies. Nos vies person-nelles. Nos vies de théâtre. Nous avions quelques certitudes, souvent inaperçues. Elles ont volé en éclat.

De ces éclats est né Nous Autres.

Nous Autres n’est pas seulement une résurgence de notre année à La Ches-naie, mais aussi un hommage à ces êtres qui se battent avec leurs démons en marge de la normalité.

Cette pièce a été créée le 19 décembre 2015 à Millau, au théâtre de La Fabrick, Centre d’Art Dramatique pour comédiens différents—Compagnie Ephémère.

En janvier 2017, elle a été accueillie à Lilas en Scène, centre d’échange et de création des arts de la scène, lié encore au travail du scénographe André Acquart.

 

Réservations : le nombre de places est limité, ne tardez pas à réserver les vôtres directement sur le site du Café-Théâtre  14 € Tarif normal, 7 € Tarif réduit (étudiants et -16ans, demandeurs d'emploi).

 

Réserver